Et si je réussissais

J’aurais pu appeler ce billet « et si j’échouais » mais cela me semblait un brin pessimiste et je pense qu’il faut être optimiste quand on a mis toutes les chances de son côté et qu’on a envisagé l’échec comme la réussite.

Dans plus d’un mois la création de ma première vraie société sera effective et j’aurais un peu moins d’un an pour réussir :

  • à gérer mes trois activités
  • à trouver assez d’interventions pour payer mon salarié
  • à maîtriser les bases de la gestion d’entreprise (comptabilité, responsabilité, aspects légaux, …)

J’ai tout préparé, réfléchi et prévu (le bon comme le mauvais) et je pense que je suis prêt ; en tout cas je n’aurais pas de regrets car je n’aurais pas pu faire mieux dans l’état actuel des choses. Alors si je dois réussir je serais fier car je me prépare depuis des années à ce projet et ce sera le début d’une longue aventure (j’en ai des tonnes de projets) mais si je dois échouer je pense qu’il faudra du temps pour que je m’en remette …

En ce moment je suis impatient, impatient d’avoir le Kbis entre les mains, de recevoir le premier appel, de faire la première intervention, d’encaisser ma première facture, … Ce sera comme un bébé que j’ai mis plusieurs années à mettre au monde, rendez-vous dans un mois et demi pour la naissance de SOS Ordinateurs en espérant que dans quelques années ce soit un gros projet qui ressemble le plus possible à ceux de mes rêves les plus fous.

Premiers pas en comptabilité

Comme il va falloir que je gère la comptabilité de ma futur entreprise dès la rentrée il fallait bien que je commence à organiser une formation express à ce niveau là. C’est donc en reprenant la comptabilité de SPonline (3 ans de compta) sur CIEL que je fais mes premières armes à naviguer entre les comptes, la balance, les écritures et en éditant mes premiers bilans …

Au début c’est très marrant mais la répétition de la saisie rend la chose bien moins passionnante. Une fois qu’on a compris le principe (passif = actif, une facture = une ligne en débit et en crédit, …) c’est vraiment très intéressant, quand j’aurais retenu quelques numéros de compte ce sera encore plus simple. Après deux jours la comptabilité me semble bien moins abstraite et bien plus concrète dans mon esprit. Pour tout vous dire j’ai vraiment hâte d’y être.

Un grand merci à ma mère, comptable de métier, qui m’a donné un grand coup de main … j’imagine déjà les dizaines d’appel pour savoir si la facture de marchandise se classe en 63100 ou en 42300 …

Mes premiers pas en comptabilité

Et si je partais

J’adorerais être assez con pour partir loin, tout changer et tout recommencer à zéro … ça impliquerait de changer de métier, changer de ville, arrêter tous mes projets aussi intéressants que fatigants et stressants … et peut-être enfin réussir à avoir une vie normale de quelqu’un de 22 ans !

J’ai l’impression de prendre des décisions de trentenaires, de m’imposer des choses qui ne sont pas de mon âge et de vouloir des responsabilités peut-être trop importantes pour mes petites épaules …

Il y a des matins où j’ai envie de faire ma valise, prendre un billet pour ailleurs et tout recommencer … mais pas d’inquiétude à avoir car dans une heure tout sera redevenu normal : je penserais projet, achat, création sans que la peur d’un avenir différent de celui dont je rêve ne puisse altérer mes grands espoirs …

Fou d’elle

Au premier regard j’ai tout de suite compris que je serais définitivement sous son charme, avec le temps j’ai appris à la connaître et au charme c’est ajouté la gentillesse et le caractère : un mélange définitivement attirant. De temps en temps, sans s’en rendre compte, elle me taquine et ne comprend pas que chaque mot qu’elle me dit résonne longtemps dans mon esprit, que tout est pris au premier degré comme des déclarations enflammées alors que ce ne sont rien que des mots qu’elle prononce pour un ami qui voudrait tout autre chose.

J’ai tendance à me faire des films, à espérer un bonheur parfait pour de simples mots aussi dérisoires qu’éphémères … avec elle j’envisage tout ce qui me manque aujourd’hui et tout de ce dont je rêve …

Mais dans la vie il y a des gens qui ne sont pas fait pour vous rendre heureux et sincèrement je pense que je souffrirais de cette relation qui reste définitivement impossible : je crois qu’aucun de nous deux ne seraient heureux. Heureusement que tout cela est impossible, malheureusement tout n’est pas aussi simple à expliquer à mon coeur qui reste persuadé d’un bonheur utopique …

Alors comme à chaque fois que je cherche à régler mes problèmes de coeur je mets de la distance entre moi et celle qui me fait souffrir : je troque les discutions amicales, les rigolades et autres soirées sympathiques pour quelques moments de solitude et de réflexion pour comprendre ce qui ne va pas chez moi et expliquer cet état de fait.

Dans quelques mois tout cela sera enfoui avec les autres souvenirs de ces romances vécues ou espérées que j’essayent perpétuellement d’oublier …

Fou d'elle : comment l'oublier