Semaine 1/35

Tout programme a son début et c’est bien là que je me trouve … Au début de 35 semaines de préparation pour l’IRONMAN.

Après un mois d’arrêt la bonne surprise vient de la capacité de mon corps à répondre positivement à mes demandes. Cette semaine (la plus dur des premiers mois) se solde par :

  • 9 entraînement réalisé (sur 9 prévu dans le programme)
  • 10 heures d’effort
  • beaucoup de plaisir en natation en course à pied
  • une sortie vélo sous la pluie et le vent
  • une motivation retrouvée
  • aucune douleur au genou !!!

Que des choses positives qui vont me permettre d’appréhender les prochaines semaines avec entrain (moins gourmandes en temps, seulement 6 séances la semaine prochaine) mais aussi d’aller un peu plus à la salle de musculation renforcer mon genou.

Bref je suis prêt à affronter les prochaines 34 semaines …

Personne derrière la porte

Pendant longtemps il y eu de la vie derrière cette porte …

Rentrer c’était commencé à vivre, à discuter, à partager …

En la poussant on pouvait respirer, se sentir chez soi …

On rentrait dans un cocon, dans un nid douillet …

Vivant

J’ai l’impression d’avoir retenu ma respiration, d’avoir cherché la surface pendant des heures sans avoir réussit à en trouver le chemin, … et de l’avoir trouvé ce soir …

Ce n’est pas la solution a tous mes problèmes, loin de là, … mais c’est une putain de bouffée d’air frais dont mes poumons avaient besoin (ils ont moins apprécié la cigarette)

Je respire, je vie …

Demain j’aurais mal au crâne, la journée sera difficile mais ma vie sera plus simple, plus joyeuse malgré les aspirines. Il restera l’insouciance et les rires … peu importe …

Peu importe de quoi demain sera fait, ce soir me suffit à vouloir vivre, vouloir avancer sans savoir de quoi demain sera fait.

Je ne sais plus

Cette période va sûrement passer mais là, maintenant, je n’ai plus de repères. Je ne sais pas pourquoi je fais du triathlon, je ne sais pas pourquoi je me lève le matin, pourquoi je vais travailler, pourquoi je me bats pour gagner ma vie, pourquoi je suis ici, qui je suis, …

Je ne sais plus, je me pose des questions, je suis rempli de doutes. Fatigue, frustration, incompréhension n’aidant pas à quelconque forme de positivisme.

Ça passera, crise de la trentaine diront certains, … ça passera … vivement demain !