Abandonner

Ce serait tellement facile d’abandonner, une facilité déconcertante qui serait synonyme de repos, de calme et d’une vie sociale normale.

Tellement simple que je m’y vois presque, il suffirait d’ouvrir la boutique de 10h à 17h avec une pause le midi, dire non au client quand on n’a pas envie, se lever selon son envie … En gros fermer la boutique, baisser les bras, baisser le rideau … Rapidement on mettra la clef sous la porte, la fin d’une aventure … Je partirais pour de longues vacances, loin, seul … avant de reprendre le cours d’une vie normal, 35h par semaine, mes week-ends, ma vie, …

Chaque jour lorsque je me lève, chaque minute lorsque je travaille il faut que je trouve la force de ne pas abandonner, pour moi, pour Vincent, pour ma fierté, … Rien d’extraordinaire, il y a sûrement pire comme situation, des gens qui travaillent encore plus que moi, dans de bien pires condition mais ça ne change rien au fait que ce soit difficile.

Avec plaisir …