Premiers pas

J’ai pris conscience de mon départ dans l’avion, j’ai compris la durée de mon absence dans le regard de mes proches.

Premier pas posé en Norvège après deux mois d’attente, j’y suis enfin … l’aventure va bientôt commencer.

Je n’ai pas vu Oslo, trop pressé de rejoindre mes hôtes et mon lieu de villégiature.

Un norvégien, grand, 90 kilos, un couteau à la ceinture, une énorme barbe, de magnifique yeux bleus m’a accueillit et fait monter dans son ÉNORME pick-up Chevrolet : l’aventure venait de commencer.

Sur la route j’ai croisé deux élans et un renard, j’ai compris le respect quasi institutionnel du respect des vitesses (300 euros l’amende pour excès de vitesse, même pour 10 km/h) et faillit croiser ma première aurore boréale (satané nuage).

Hier soir j’ai découvert ma chambre mais le noir de la nuit, ce qui m’a empêché de découvrir ce paysage que j’ai maintenant sous les yeux et qui sera le mien pour 5 mois !

 

La magnifique vue de ma chambre

Retour et départ

Je n’étais jamais parti vivre à l’étranger avec l’Irlande et sans Justine je ne l’aurais sûrement jamais fait … Pourtant l’envie de voir autre chose était présente, une minuscule flamme que j’ignorais moi-même.

L’Irlande a été la somme de plein de sensation : la découverte d’un autre pays, d’une autre culture, le bien être loin de la France, le manque des proches, le bonheur des longues randonnées, du dépassement de soi-même, …

J’ai aussi découvert et appris énormément de choses sur moi : ce que je voulais, ce que je ne voulais pas ou plus …

La finalité et le bilan c’est que j’ai envie de voir encore plus choses, plein de choses donc je repars … En Norvège avec comme défi : apprendre à devenir un musher (un conducteur de chien de traîneau).

Cette fois-ci le défi est encore plus grand : partir vivre à l’étranger, seul, dans le froid pour vivre une vraie grande aventure (humaine, sportive, …)

Je n’ai pas peur, je ne suis pas inquiet … juste impatient de découvrir mon futur quotidien pour les 5 prochains mois !

J’essaye pour l’instant de ne pas y penser, de ne pas trop le fantasmer en attendant de profiter de cette réalité froide qui m’attend.

Je suis bien préparé : physiquement, matériellement et mentalement.

Comme les 5 mois en Irlande je pense que je reviendrais changer par cette aventure. Meilleur, encore plus proche de mes envies, encore plus conscient de mes besoins.