Liberté

Un bureau, une tasse de thé, un lit à ma gauche, une douce chanson qui résonne, une boule de poil derrière moi …

Et surtout l’envie de travailler qui revient, de travailler pour moi, de développer, d’avoir des idées, des projets, …

Me lever à 4 heures parce qu’une idée me traverse l’esprit, …

Ne pas travailler par un ami me propose un truc …

Faire ce que je veux, quand je veux …

Done …

Regarder un match de Champions league à 13h45, en direct, dans un restaurant mexicain …

Téléphoner à mon père lorsque j’étais à 900 km/h et à 10000 mètres d’altitude …

Bosser, assis dans un siège du stade des Giants, face à la baie, lunettes de soleil sur le nez …

Payer 13 dollars de tips obligatoire dans un Diner américain …

Être pied nu, à la douane américaine, dans un scanner 3D avec mon patron qui fait un test anti-drogue …

Voir un match de NBA (et sûrement un des futurs meilleurs joueurs de tous les temps) …

Faire la tournée des bars à San Francisco …

Traverser le Golden Gate en footing après un trip de 6 heures dans SF et prendre un coup de soleil …

Regarder un gros match Golden State / Spurs dans un bar plein de fan de GS …

Les envies

J’ai envie de tout et de son contraire, envie de me poser et de voyager, envie de construire et de ne pas réfléchir, …

Je suis à la croisée des chemins, ces rares moments où les choix devraient être plus faciles et les décisions plus simples à prendre et pourtant je n’y arrive pas.

Tant de possibilités s’offrent à moi, peu de frein à ces décisions qui pourraient tout changer …

J’aime ce que je suis, ce que je suis devenu, j’assume pleinement ce que je suis, mais qu’est-ce que ça signifie réellement, quels sont les choix qui devraient en découler, …

Voyager me fait rêver, mais sûrement pas seul …
Construire a toujours été mon objectif, mais sûrement pas seul …
Changer, rêver, anticiper, avoir des projets, partir sur un coup de tête, … mais sûrement pas seul …

Personne derrière la porte

Pendant longtemps il y eu de la vie derrière cette porte …

Rentrer c’était commencé à vivre, à discuter, à partager …

En la poussant on pouvait respirer, se sentir chez soi …

On rentrait dans un cocon, dans un nid douillet …

Vivant

J’ai l’impression d’avoir retenu ma respiration, d’avoir cherché la surface pendant des heures sans avoir réussit à en trouver le chemin, … et de l’avoir trouvé ce soir …

Ce n’est pas la solution a tous mes problèmes, loin de là, … mais c’est une putain de bouffée d’air frais dont mes poumons avaient besoin (ils ont moins apprécié la cigarette)

Je respire, je vie …

Demain j’aurais mal au crâne, la journée sera difficile mais ma vie sera plus simple, plus joyeuse malgré les aspirines. Il restera l’insouciance et les rires … peu importe …

Peu importe de quoi demain sera fait, ce soir me suffit à vouloir vivre, vouloir avancer sans savoir de quoi demain sera fait.