Travailleur libre

Alors oui ce matin je me suis réveillé avec cette impression d’avoir de nouveau un stress latent lié à mon nouveau (mais pas tant que ça) statut de travailleur libre … Une crainte, une peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas réussir tous ces nouveaux projets que j’ai à l’esprit.

Mais pour la première fois cette peur se transforme en une énergie positive et constructive. Une énergie qui me pousse à faire les choses, à faire toujours mieux.

Je me bats pour quelque chose que je veux, contre quelque chose que je ne veux pas et que je connais maintenant. La situation est vraiment différente d’il y a quelques mois : j’ai l’impression d’avoir passé un cap et appris énormément, d’être plus mature professionnellement.

Re Re Re Re Re changement de rythme

J’ai 25 26 ans et mon parcours professionnel n’est pas traditionnel, peu orthodoxe, hétéroclite … C’est à la fois un choix et quelque chose qui c’est imposé à moi, j’en suis fier et troublé à la fois.

En tout cas je reprends dès lundi un rythme et une vie que j’ai connu il y a quelques mois (avec ses échecs et ses réussites) par choix et par envie.

Difficile de prévoir l’avenir, de savoir quels choix je vais faire dans les prochains mois. Tout ce que je sais c’est que je fais aujourd’hui un vrai choix de vie (sur le long terme), un choix synonyme de simplicité, de facilité et de bonheur je l’espère.

Je fais aujourd’hui parti du petit pourcentage de gens qui ont décidé de vivre autrement, de faire les choses par choix et de ne pas subir le dictat du conformisme (sur certains points seulement évidemment).

Je veux travailler par plaisir, je veux vivre pour travailler et pas travailler pour vivre.

De beaux mots, de belles inspirations mais une réelle intention de vivre et de profiter, de faire les choses à ma manière.

2013 sera …

Explosion des tablettes en France

La France est un des pays ou les tablettes ont fait le plus rapidement leur place sur le marché des produits High Tech et c’est une bonne chose pour les développeurs d’applications mobiles.

Quelques chiffres à retenir :

  • en 2012 il y a eu plus de tablette que d’ordinateur portable vendue
  • fin 2012 on va atteindre les 3.5 millions de tablettes en France
  • un foyer français sur dix dispose d’une tablette

Alors même si la part de marché d’Android est en forte augmentation, ce qui implique fragmentation et complication pour les développeurs, on se retrouve dans une situation avec deux écosystèmes : iOS et Android. Il faut donc une approche qui permette de prendre en compte ce paramètre de taille.

Il est évident que de nombreux aspects de notre vie quotidienne qui passait actuellement par internet (compte bancaire, recette, …) vont naturellement se tourner vers les tablettes. Car il y a de nombreux avantages : rapidité, facilité, mobilité, ergonomie, … Pour ne citer qu’eux, bien sûr de nombreuses personnes vont préférer garder leurs habitudes mais la tablette est l’avenir …

Rentabilisation et Facebook

Il était évidemment que Facebook allait devoir à un moment ou un autre rentabiliser sa colossale « base de donnée », que ce soit en terme humain, en terme de temps d’utilisation, en terme de carte bleue, en terme de clic …

Avec son entrée en bourse tout est devenu plus urgent car il faut rassurer les investisseurs et prouver rapidement que Google peut rapporter, et rapporter GROS.

1 – plus de publicité

Que ce soit dans instagram (récemment acheté pour 750 millions), les applications mobiles (ou la publicité est pour l’instant rare voir inexistante) ou sur le site en lui-même il va falloir se faire à l’idée que la publicité va toujours être plus présente et plus intrusive qu’auparavant.

En effet le taux de clic sur les publicités de Facebook est très faible et il faut donc plus de publicité pour gagner de l’argent à Facebook qu’à Google.

2 – plus de données personnelles

Pour augmenter le taux de clic (un des nerfs de la guerre) il faut que les publicités soient ciblées, donc il faut des données personnelles comme l’historique, le contenu des conversations, les messages privés, la géolocalisation, … Des tas de données dont Facebook dispose.

Il faut donc s’attendre à ce que Facebook récolte des données (de manière plus ou moins transparente) et les utilise pour favoriser son réseau publicitaire.

3 – un réseau de publicité

Aujourd’hui Facebook publie ses publicités sur son site et ses applications, mais il est fort probable que des les prochaines années Facebook propose aux sites internet de publier directement sur leur site. En gros Facebook viendra faire la même chose que le duo adsense / adwords de Google. Et comme pour Google cela pourrait devenir une vraie machine à cash en cumulant : publicité + ciblage en fonction de données privées + buzz sur les réseaux sociaux.

Ou comment faire le buzz à travers de la publicité

Évolution des parts de marché d’Android

IL fallait s’y attendre : Android vient d’atteindre le chiffre hallucinant de 75% de part de marché mondiale. C’est bien grâce à son modèle économique qui profite aux utilisateurs et aux entreprises puisque la licence est offerte aux entreprises qui peuvent ainsi proposer des terminaux moins cher aux utilisateurs.

Google va pouvoir passer à la deuxième partie de son plan : rentabiliser son parc de téléphone et tablette qui va encore augmenter dans les années qui viennent car la marge est encore forte (avec moins de 50% des français équipés par exemple). Difficile de savoir comment Google va capitaliser sur son parc, sûrement en proposant toujours plus de services liés à la avec des applications qui permettent d’afficher des publicités sur les smartphones proches de chez soit.

En gros on peut s’attendre à une mélange des différents services de Google : Adwords, Adsense, la recherche, les applications, les téléphones, les tablettes, … Mélanger le tout et cela donne un machine à cash car tous les ingrédients sont là : des données privées, des utilisateurs captifs, une part de marché qui augmente, … Google rensemble de plus en plus à Microsoft et à Apple avec son iPhone.