Confinement

Le paradoxe est immense, insondable pour l’instant. Je le vis comme une bénédiction alors que certains le redoute, tout en gardant ressentant l’ombre qui pourrait s’abattre. Je vois le champs des possibles s’ouvrir devant moins alors que d’autres, dans d’autres situations j’en conviens, voient les portes se fermer.

La création, comme la vie, est par définition un processus hors équilibre qui nécessite un certain degré de confinement.

Pierre Joliot-Curie
Biologiste, Scientifique (1932 – )

Le contexte est tellement différent pour nous au coteau, en communauté, en pleine campagne, seule au monde, loin des tracas, des craintes même si on sent le besoin d’en parler pour évacuer les angoisses intérieures.

Depuis des années j’ai envie de cette autonomie, de cette communauté bienveillante qui soit en rempart, un soutien en cas de besoin. L’occasion est tellement belle de vivre cette expérience à fond qu’on a tous je crois sauté à pieds joints dedans.

J’espère sincèrement que l’épilogue serait aussi agréable mais pour l’instant j’ai vraiment l’impression de revivre, d’être moi-même, d’exister, d’avoir trouvé un équilibre. Il est trop mais la bonne nouvelle c’est que le temps ne manquera pas de donner une réponse claire.

Je n’attends qu’une chose chaque matin au réveil. Vivre. Mettre mes bottes, prendre mon couteau, ma pelle, un bon livre et sortir …