Mes choix de lecture

Pour une fois j’ai choisi mes trois prochaines lectures dans des genres que je ne lis que rarement puisque c’est beaucoup plus intellectuel que d’habitude. Ca va me faire du bien de lire et de réfléchir sur des thèmes importants (mondialisation et les valeurs de notre société) et puis j’avais envie de lire du Jean d’Ormesson depuis longtemps (surtout après chacun de ses passages télé). Au fur et à mesure de la lecture de chacun de ses livres je vous donnerais mon avis, en espérant que ma première impression ne m’ait pas trompée.

La création du monde (Jean d’Ormesson)

Quatre amis passent huit jours de vacances dans une île de Méditerranée. L’un d’entre eux a apporté un manuscrit envoyé par un certain Simon Laquedem. Sa lecture provoque dans le groupe des réactions contradictoires… Un ange annonce à Simon qu’il est le nouvel Abraham, le nouveau Moïse, le nouveau Mahomet et que Dieu insiste pour lui parler. Dieu lui apparaît et lui raconte avec simplicité et clarté, parfois avec gaieté, les origines de l’univers, le big-bang, l’espace et le temps, l’eau, l’air, la lumière, la vie si tragiquement passagère des hommes, leur pensée et leur histoire, les dramaturgies du savoir, de l’ambition, de l’amour et du sexe. Entre Bible et bande dessinée, entre texte sacré et canular, cette odyssée allègre de l’esprit universel remplacera avantageusement toutes les bibliothèques imaginaires et réelles.

Moralement correct (Jean Sévillia)

Tous les Français, naguère, étaient élevés selon des valeurs identiques. Il existait une France de gauche et une France de droite, une France laïque et une France chrétienne, mais la morale de l’instituteur ressemblait à celle du curé. A partir des années 1970, sous l’effet d’une double révolution – celle de la société et celle des idées, – chacun a pris l’habitude de définir ses propres critères du bien et du mal. Le résultat, aujourd’hui, c’est que les règles collectives s’effacent, ouvrant la porte à une société éclatée, où le seul guide est l’intérêt personnel. Une tendance encouragée par le moralement correct : cette mentalité, entièrement fondée sur l’exaltation de l’individu, prêche le principe de plaisir, le droit à la différence, le devoir de tolérance, la transgression des traditions, la relativité des conventions. Mais peut-on vivre sans valeurs partagées ? Pour sortir de la crise qui se manifeste sur tous les plans – des banlieues à l’école, de l’Etat à la famille, du travail à la culture – il faudra bien réinventer des codes communs. Et sans doute renouer avec la morale élémentaire qui a longtemps garanti la stabilité du lien social.

Voyage au pays du coton (Erik Orsenna)

Cette histoire commence dans la nuit des temps. Un homme qui passe remarque un arbuste dont les branches se terminent par des flocons blancs. On peut imaginer qu’il approche la main. L’espèce humaine vient de faire connaissance avec la douceur du coton. Depuis des années, quelque chose me disait qu’en suivant les chemins du coton, de l’agriculture à l’industrie textile en passant par la biochimie, de Koutiala (Mali) à Datang (Chine) en passant par Lubbock (Texas), Cuiabá (Mato Grosso), Alexandrie, Tachkent et la vallée de la Vologne (France, département des Vosges), je comprendrais mieux ma planète. Les résultats de la longue enquête ont dépassé mes espérances. Pour comprendre les mondialisations, celles d’hier et celle d’aujourd’hui, rien ne vaut l’examen d’un morceau de tissu. Sans doute parce qu’il n’est fait que de fils et de liens, et des voyages de la navette.

Les liens

  • Voyage aux pays du coton : Petit précis de mondialisation – Erik Orsenna (www)
  • La Création du monde – Jean d’Ormesson (www)
  • Moralement correct : Recherche valeurs désespérément – Jean Sévillia (www)

1 commentaire sur “Mes choix de lecture

Les commentaires sont fermés.