Travailler avec des gens qu’on a volontairement effacé de sa vie n’est pas tous les jours facile, ça peut même devenir un vrai calvaire quand on compte en centaines les heures passées à les côtoyer.

Malgré tout il faut rester professionnel et se demander à chaque fois si la décision qu’on prend aurait été la même dans d’autres circonstances, je sais que je suis objectif et que je n’utilise pas mon poste pour m’affranchir d’un quelconque mépris. Mais ces réflexions permanentes sont fatigantes et c’est usant de passer son temps dans un mutisme et une indifférence totale.