Retour aux sources

Comme à chaque retour à Angers j’ai l’impression de ne pas être parti, peu importe le temps pendant lequel je reste à Laval. J’ai toujours cette impression que rien n’a changé, que tout est à sa place et d’être à la maison. Même si je me sens chez moi à Laval, je ne peux pas m’empêcher d’être « à la maison » quand je rentre dans celle qui m’a vue grandir pendant vingt ans.

En tout cas ça fait du bien et ça va me permettre de me ressourcer avant de me faire opérer mercredi …