Sale nuit

Je connais leurs visages, souvent leurs prénoms, parfois leurs histoires.

Je passe quelques minutes avec eux, ont échangent, on partagent.

Discussions, sourires, rires, …

De l’empathie mais surtout une humanité retrouvée pour eux comme pour moi.

Ce sentiment fou, profond et infini de ne pas comprendre la situation. De lutter contre ce sentiment d’impuissance, …

Pourtant chaque soir je rentre dans mon palais de prince, chauffée, spacieux, confortable. Je prends ma douche et me glisse sous mes draps tout en sachant ce qu’eux vivent, …

Plus j’apprends et moi je le supporte …